Une Slow Session à Paris

Article slow session de musique irlandaise Paris

Crédit photo Céline Dulac

C’est dans un pub très sympa en plein cœur de Paris, que j’ai testé pour vous une Slow Session proposée par des habitués passionnés.

Une approche accessible à tous

Par une fraîche soirée de novembre, j’ai donc rejoint la quinzaine de musiciens amateurs de tous âges et niveaux variés qui se retrouve habituellement ici chaque samedi à partir de 17h30 pour apprendre des airs irlandais (ou tunes), dans une ambiance conviviale et sans prise de tête.

Le premier air est appris par petites sections, à l’oreille, et surtout à un tempo accessible au commun des mortels. Lorsque le premier air est su par tout le monde, le meneur propose d’autres pièces déjà apprises aux sessions précédentes et le tempo monte inexorablement jusqu’à l’arrivée progressive de musiciens plus chevronnés, qui poursuivent la soirée par une session plus traditionnelle (ce sont eux qu’on entend dans la dernière partie de la vidéo).

Voici quelques images de cette soirée, en espérant que vous serez indulgents, puisque c’est ma toute première vidéo. Elle était complètement imprévue et je n’avais pas beaucoup de matériel avec moi.

Interview

Didier van den Bogaert, le meneur de la soirée, m’explique en quoi consiste une Slow Session :

« Il y a autant de types de slow sessions que de slow sessions en Irlande, en Allemagne, en Angleterre, ou même au Japon. À Paris, la slow session, ça commence toujours par une session d’apprentissage. Il y a un morceau qui est prévu pas tout à fait une semaine à l’avance. Tout le monde suit le meneur et on apprend le morceau, en général ça dure 3/4 d’heures. Ensuite on reprend le répertoire [appris pendant les sessions précédentes] et on essaie de faire ce qu’on appelle des sets, donc d’assembler les morceaux avec des enchaînement sympathiques. Ça peut être avec des changements de tonalités. Moi personnellement, je préfère que ça change de tonalité parce que ça relance l’intérêt de la suite.

Ceci dit, en slow, on peut aussi demander aux gens de lancer des morceaux. Ce soir, je ne l’ai pas tellement fait parce que les gens qui ont l’habitude de venir ici préfèrent se faire prendre par la main. Comme c’est moi qui en général anime, je balance le répertoire et ça marche comme ça, ce qui fait qu’on peut enchaîner 5, 6 ou 7 morceaux à la suite, des morceaux que j’essaie de prendre dans un répertoire plus ou moins récent.

Le but de la slow est d’apporter du répertoire aux participants, afin qu’ils puissent aller en session partout ailleurs. Les sets qui sont préparés à la slow ne sont pas gravés dans le marbre. Ils sont souvent « improvisés », enchainant les morceaux quasiment à la volée (un set se constituant généralement de 3 morceaux joués chacun 3 fois). Donc tel morceau n’est pas associé avec tel autre de manière immuable. La règle se confirme évidemment par ses exceptions, comme par exemple le Coleman set : Tarbolton / Longford Collector / Sailor’s Bonnet. »

Et vous ?

Il existe beaucoup d’autres sessions dans les pays francophones. Le site Irishtrad répertorie un certain nombre de sessions de musique traditionnelle irlandaise. Toutes ne proposent pas une partie « slow » en début de session, mais ça ne coûte rien de se renseigner !

Vous retrouverez toutes les infos sur les Slow Sessions de Paris sur leur site internet.

Qui serait partant pour en organiser une à Montpellier ? 😉

À très vite !

N’hésitez pas à me donner vos impressions sur cet article et surtout sur cette première vidéo, je ne demande qu’à progresser…

Recherches utilisées pour trouver cet article :slowiser

12 Comments

    • Merci beaucoup, je vais me renseigner et voir si on peut « slowiser » la première partie de soirée 🙂

  1. Génial Céline ! Merci pour cette première vidéo très réussie qui donne envie de danser 😉
    Maintenant c’est à moi de relever le défi de la vidéo ;-).
    Ludiquement,
    PS : Ton nouveau thème est très sympa aussi 😉

  2. Vraiment sympa ta vidéo Céline!
    T’as du y passer du temps, le montage est travaillé, bon rendu.

    Je ne connaissais pas les slow session, merci pour la découverte 🙂

  3. Bsr Celine,
    Je ne connaissais pas les slow sessions.
    Partant pour un essai sur Montpellier !

  4. Vasseur Georges

    Bonsoir Céline, petit reportage très intéressant, avec de la bonne musique et des personnes sympathiques. L’organisation de la Slow Session Parisienne est bien programmée, bravo à tous ceux qui la mettent en place. Merci pour ce reportage et bonne continuation à toi. Cordialement. – Georges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *