La première étape à ne pas oublier avant de « mettre » votre enfant à la musique

Avant de mettre vos enfants à la Musique

Crédit photo : Teresa Phillips

Tout petit déjà, il tapait sur les casseroles dans la cuisine et prenait un immense plaisir à tambouriner avec sa cuillère pleine de purée sur sa chaise haute. Et quand nous lui avons offert ce jouet qui faisait de la musique à Noël, qu’est-ce qu’il était content ! Il n’y a qu’à le voir chanter à l’école, il a l’air tellement à l’aise ! C’est sûr, il faut le « mettre à la musique », cet enfant-là !

Je ne me lasserai jamais de l’émerveillement des parents devant les potentialités de leur enfant. Sincèrement. Le soutien de son parent est de l’or pour un enfant, c’est un des matériau qui l’aide à se construire.

Mais avant de l’inscrire à ce cours de guitare, de percussion ou de guimbarde, il y a une étape qui peut être cruciale pour son épanouissement artistique. Le plus intéressant est que cette étape ne le concerne pas directement, du moins pas pour l’instant. Cette étape à ne pas brûler, c’est de vous questionner sur votre propre cheminement musical.

Qu’ai-je fait de mes propres désirs ? Les ai-je enfouis dans un tiroir ? Ai-je pu acheter cette clarinette qui me faisait envie ? Ce piano que j’imaginais déjà dans le salon ? Où est passée cette aspiration à composer ma propre musique ? Qu’ai-je fait de cette fascination pour le violoncelle ? L’ai-je repoussée en disant que ce n’était pas pour moi ? Que je n’avais plus l’âge ? Que c’était trop difficile ? Autant de questions qui pourraient avoir répercussions sur l’engagement de votre enfant si vous ne prenez pas le temps d’y répondre.

C’est une trentenaire et maman de deux jeunes enfants qui vient de se mettre à la harpe qui vous le dit : il n’est pas trop tard pour vous y mettre vous aussi. Oui, cela peut être difficile si l’on a des attentes trop fortes et qu’on veut des résultats tout de suite, mais si on est conscient de ses limites et qu’on a bien choisi son biniou, cela est aussi grisant que de partir à la découverte d’un nouveau continent.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas « mettre » votre enfant à la musique. D’abord parce qu’il ne vous a pas attendu pour s’y mettre lui-même ! Il a déjà commencé son apprentissage bien avant que vous ouvriez le bottin à la page école de musique ou que vous tapiez « mon enfant aime chanter » sur votre moteur de recherche favori. Ensuite, parce qu’il est tout à fait possible qu’il s’épanouisse dans ce domaine, même si vous avez connu des frustrations à son âge. Simplement, ne laissez pas vos propres souhaits de côté, et ne les vivez pas par procuration avec vos enfants. Vivez-les vous-mêmes, c’est le chemin le plus court ! Il ne s’agit pas de vous faire culpabiliser. Je reste convaincue qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire alors je vous invite à ne pas oublier cette étape quand vous décelez une envie de musique chez votre enfant et à ne pas mettre vos passions de côté.

Et s’il est effectivement tout à fait décidé à apprendre à jouer d’un instrument ou à chanter et qu’il en est de même pour vous, c’est un bonheur encore plus grand qui vous attend : faire la musique en famille !

Carson Peters (6 ans) et son père

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager ou à laisser une trace de votre passage en laissant un commentaire 🙂

Crédit photo de la couverture : Teresa Phillips

2 Comments

  1. Super article !! Nous attendons un heureux événement et je compte bien l’initier a la musique le plus tôt possible haha 🙂

  2. Super! C’est sûr que si j’aais un enfant, je resterai attentif à voir s’il veut faire de la musique! Ça me ferait plaisir de l’encourager! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *