Choisir son instrument de musique

Instruments de musique sur scène - choisir son instrument

Crédit photo : Paturo

Ça y est, c’est décidé, vous voulez faire de la musique !

Évacuons tout de suite une vieille idée qui a la dent dure : il n’y a pas de règle ou de « disposition » pour choisir son instrument.

Il ne faut pas avoir de grands doigts pour jouer du piano et pas besoin d’avoir de grosses lèvres pour jouer du tuba. Si vous vous croyez nul en rythme, cela ne veut pas dire que vous ne pourrez jamais jouer de percussions et si vous êtes persuadé de « ne pas avoir d’oreille » (au passage, regardez-vous dans le miroir, il est très possible que vous en ayez), cela ne ferme pas la porte à une carrière de chanteur(euse) ou d’instrumentiste. Sauf cas très rares, ce ne sont là que des croyances limitantes qui vous empêchent d’avancer. Si vous n’en êtes pas convaincu, sachez que certains jouent du piano sans avoir de bras (ça calme, hein ?) ou de la harpe (à pédales) en ayant perdu l’usage de leurs jambes (attention, si vous êtes émotif comme je le suis, préparez les mouchoirs en regardant la vidéo en lien). S’il vous faut encore d’autres arguments, vous serez sans doute surpris de savoir que certains de mes patients en musicothérapie sont sourds1. Je côtoie par ailleurs au moins 2 guitaristes malentendants (dont une gauchère) et une troisième qui n’a que 3 doigts valides à la main droite, tous les trois passionnés et musiciens accomplis.

« Personne ne sait mieux que vous ce pour quoi vous êtes fait. » Anja Linder harpiste

(Cliquez sur la photo pour voir la vidéo)

 

Vous êtes donc a priori un être humain et en tant que tel, toutes les portes vous sont ouvertes !

Si vous pensez ne pas connaître suffisamment les instruments de musique, je vous invite à consulter des sites tel que celui-ci, qui présentent les différentes familles d’instruments. Mais connaître les instruments n’est pas l’objet de cet article. Il a plutôt pour objectif de vous aider à y voir plus clair dans le choix de votre instrument, ce qui est un étape cruciale dans votre apprentissage.

À ce moment de votre parcours, trois cas de figure se présentent :

– soit vous savez exactement de quel instrument vous voulez jouer,

– soit vous avez quelques idées, mais vous n’en êtes pas tout à fait sûr,

– soit vous n’en avez absolument aucune idée !

Dans les trois cas, je vous propose de passer votre projet à la moulinette avant de vous lancer.

Cas n°1 : Je sais exactement de quel instrument je veux jouer

Parfait. Ne lisez pas cet article et allez tout de suite vous procurer un instrument ! Au revoir !

Je plaisante. Prenez tout de même le temps de vous poser quelques questions :

Qu’est-ce qui me plaît dans cet instrument ?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Vous m’auriez posé la question pour la flûte il y a 20 ans, je vous aurais répondu avec mes yeux de chouettes encadrés d’acné : « parce que c’est trop beau quand ma cousine en joue ».

– Au-delà de l’apprentissage de cet instrument, quel est mon projet ? Intégrer un groupe ? Jouer pour mon seul plaisir ? Trouver une occupation ? M’évader du quotidien ? M’épanouir sur le plan artistique ? Épater mes amis le samedi soir ? Jouer des berceuses à mes enfants ? Comme pour la question précédente, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, mais ces questions pourraient vous aider à savoir si votre projet est accordé avec votre désir. (Attention, jeu de mots) C’est important de bien être « accordé » quand on joue de la musique 😉

– Ai-je déjà eu l’occasion d’essayer cet instrument et comment me suis-je senti en le jouant ? Si vous n’avez jamais eu l’opportunité de le faire, essayez de trouver quelqu’un qui joue de cet instrument, qui vous autorise à l’essayer, vous donne vos premiers conseils… Voyez autour de chez vous si vous pouvez prendre un premier cours. Certaines écoles de musique proposent des cours d’essai, le plus souvent en début d’année, mais parfois aussi en cours d’année scolaire, il ne faut pas avoir peur de demander. Le but, c’est de faire le lien entre l’image idéale que vous en avez et la réalité, non pas pour vous décourager, mais pour entrer dans une démarche d’apprentissage.

Si cet instrument n’existait pas, quel autre instrument me plairait ? Si la réponse à cette question vous fait douter du choix de votre instrument, vous risquez de me dire « Bravo Céline, c’est malin, maintenant je ne sais plus exactement ce que je veux faire ». Pas de souci, rendez-vous à la moulinette du cas n°3 pour y voir plus clair.

 

Cas n°2 : j’hésite entre plusieurs instruments

Rendez-vous directement au cas n°3 qui, à mon sens, nécessite qu’on se pose les mêmes questions, qu’on utilise la même moulinette.

 

Cas n°3 : je n’ai aucune idée de l’instrument que je vais choisir !

Félicitations, vous ne vous êtes enfermé dans aucune case à l’avance ! Mais il va tout de même choisir un instrument (ou plusieurs si vous avez, comme moi, des journées de 30 heures), au moins pour débuter ou reprendre.

La piste la plus intéressante à explorer, c’est d’aller à un maximum de concerts. Les vidéos sur internet, c’est très bien, mais ça ne remplace pas l’ambiance d’un spectacle ! Abandonnez vos idées préconçues. Essayez dans un premier temps d’aller voir des représentations dans au moins 3 styles musicaux et dont vous savez qu’il y a au moins 3 instruments différents sur scène (rappel : la voix est un instrument). Rendez-vous même aux concerts dans lesquels vous n’iriez pas spontanément. C’est le moment où jamais d’aller découvrir la musique ancienne dans une abbaye, ou une soirée de hard-rock au zénith le plus proche. N’ayez pas peur de faire le grand écart, vous pourriez vous surprendre à tomber raide dingue d’un instrument auquel vous ne pensiez pas du tout au départ !

Prenez le temps d’écouter, de regarder, de vous renseigner, d’essayer… Évitez de prendre un instrument par défaut. Bien évidemment, certains impératifs (manque de place, aspect financier…) peuvent poser de réels problèmes ; cependant, il est important de ne pas les brandir comme justification pour ne pas se lancer. Dans de nombreux cas, il existe des alternatives, au moins pour commencer. Mais il faut aussi être réaliste et il y a, bien malheureusement, des situations ou il sera nécessaire d’écarter le choix d’un instrument pour une raison indépendante de notre volonté.

Par ailleurs, si vous avez déjà fait de la musique dans le passé, par exemple étant enfant, cela ne veut pas dire qu’il vous faut reprendre le même instrument. Vous avez le droit de changer 🙂

Lorsque vous aurez trouvé l’instrument de vos rêves, suivez les conseils du cas n°1 et racontez-nous votre parcours en commentaire !

1 Voir par exemple l’ouvrage d’Alain Carré sur la musicothérapie auprès des personnes sourdes et malentendantes.

Crédit Photo de titre : Pablo Tuñas

Recherches utilisées pour trouver cet article :choisir son instrument, comment choisir son instrument de musique

5 Comments

  1. Très bon article !
    C’est vrai qu’on a parfois pas mal d’idée reçue quand vient le moment de choisir son instrument. Il faut y’aller a l’envie je pense. Ne se mettre aucune barrière. L’envie sera de toute façon le principale moteur de l’apprentissage. Je vais suivre ton blog de plus prêt !

    🙂

    • Merci Dario.
      Il faut faire des compromis entre l’envie et les autres critères, mais effectivement, je pense que l’envie et la passion constituer le moteur, l’élément le plus important. Si on mets d’autres critères en premier, gare à la démotivation qui guette au coin de la rue !

  2. Merci pour l’article Céline!

    Très belle vidéo et une bonne méthode dans le choix de l’instrument. J’ai commencé par la guitare il y a 10 ans, mais je m’en suis lassé car c’était trop populaire. J’ai changé pour la basse qui me plaît, mais pas pour toutes les chansons. Mais question de prix et de versatilité, le piano reste le meilleur pour moi! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *